« Mensonges innocents » de Hélène Drummond

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Elles s’appellent Grace, Lucie, Nina et Liz. Elles vivent à Waterloo, à Paris ou à New York. Elles ne le savent pas, mais elles livrent le même combat. Avec une plume d’une étonnante sincérité, Hélène Drummond explore les sentiments les plus secrets qui nous animent et nous plonge au cœur de l’intimité de quatre femmes que tout semble séparer. Quatre univers, quatre rendez-vous, quatre destins bouleversés, malmenés dans leur quête du bonheur. Les âmes y sont contusionnées, la réalité étouffée à grands coups de rêve, les pères et les maris absents, le manque omniprésent. À travers ces portraits vibrants d’humanité, « Mensonges innocents » raconte l’horreur qui s’apprivoise. L’espoir inébranlable. La force de se battre et d’y croire, envers et contre tout. Mais surtout, ces quatre histoires nous parlent d’amour. Sous toutes ses formes. À la folie. Pour le meilleur et pour le pire…


J’aime beaucoup les recueils de nouvelles . C’est toujours plaisant de se plonger dans différentes histoires qui ont toutes un point commun. Ici, c’est le mensonge, les non-dits. Parfois ils sont innocents et parfois ils sont justes insupportables.

C’est mon deuxième livre de cette auteure et j’aime toujours son écriture délicate. Tous ses personnages féminins sont attachants, parfois brisée comme je les aime car lorsqu’on est cassée par la vie il y a de grands espoirs qu’on se répare et finisse par trouver le bonheur ou un sens à toutes ses épreuves. Pourtant, ici la fin n’est pas toujours heureuse. Elle ne l’est même pas du tout pour certaines et c’est d’autant plus douloureux pour le lecteur car il espère toujours un happy end pour les personnages qu’il suit.

Très honnêtement, ses quatre nouvelles sont toutes très bien écrites et Grace, Lucie, Nina et Liz entre dans nos cœurs sans difficultés et c’est sans aucun doute car ses femmes pourraient être l’une de nous . Des femmes qui doutent, qui se cherchent, qui rêvent d’amour, de gloire ou tout simplement qui veulent exister . C’est un coup de cœur pour moi car toutes ses femmes m’ont touchées et plus particulièrement la petite Louise… Je ne peux pas vraiment vous dire pourquoi sans vous voler l’histoire mais cette enfant je lui aurait prit volontiers la main pour l’amener voir l’océan …

Un recueil qui touche en plein cœur. Ce petit livre se lit très rapidement mais reste un long moment dans les pensées.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :