« Sur la plage, abandonnés » de Sylvain Bridou

Ma note:

9/10

4ème de couverture:

Cabourg, 1976. Moins athlétique, moins extraverti, moins confiant que son père et son cousin, Jean-Philippe a l’habitude de rester spectateur de leurs parties de football. Cependant, ce soir n’est pas comme les autres. Dans un moment évanescent, il voit son père, au loin, sur la dune, percuter quelque chose, peut-être quelqu’un, alors qu’il réceptionne le ballon. Puis c’est le départ précipité de la famille. Aucune autre réaction, aucune explication. Le lendemain, un appel à témoin est lancé dans le journal, après la découverte sur la plage d’un enfant de 18 mois, décédé la veille d’un coup sur la tempe. L’adolescent fait très vite le rapprochement… Dans ce roman ancré en Haute-Normandie, où les voix se mêlent jusqu’à ne faire plus qu’une, Sylvain Bridou aborde avec subtilité les épineuses questions de la construction et de la reconstruction de soi, mais aussi de l’estime, de la culpabilité et de l’amour, émotions qui nous habitent au quotidien.


Une lecture très intéressante dans sa construction, l’auteur joue avec notre empathie . On prend en pitié l’un des personnages pour finalement le trouver choquant et le mépriser. Tandis que pour un autre, c’est l’inverse qui s’opère. On le trouve d’abord méprisant pour finalement s’y attacher et le prendre en pitié. D’ailleurs l’auteur appuie sur cette corde. À la fin lorsqu’on s’y attend le moins , il explique d’ailleurs assez bien pourquoi il a décidé ce cheminement.

C’est un roman où plusieurs voix se mélangent, j’aime beaucoup ce genre de roman car il me permet de mieux comprendre les personnages , on a le point de vue de chacun des protagonistes et c’est à ce moment là qu’on se rend compte à quel point les non-dits peuvent être dramatique. Si on explique pas notre comportement il peut être mal interprété . Ce qu’on ne dit pas peut parfois faire plus de mal que de bien.

Le personnage de Jean-Philippe m’a fait lever plus d’une fois le sourcil , je pensais le cerner pour finalement me dire qu’il allait beaucoup trop loin, ses émotions et sa rancœur ont prit le dessus quitte à blesser ceux qui ne le mérite pas. Je lui en ai beaucoup voulu à ce personnage mais comme je le mentionne plus haut l’auteur a prit les devants et s’explique très bien à la fin .

Une lecture où la construction et la déconstruction se croisent, très réussit , nos émotions durant la lecture nous poussent parfois à la réflexion. J’ai adoré, très beau roman.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :