« LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES » de Délia Owens

Lu par: Marie du Bled

Durée: 11h18

Genre: Contemporain


Résumé de l’éditeur

Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur « la Fille des marais » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.
À l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour. La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie.
Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…
Une héroïne autodidacte et passionnée, une peinture saisissante de la beauté des marais, et une enquête à suspense digne d’Agatha Christie font de ce roman un véritable page-turner.
Un premier roman phénomène qui a conquis des milliers de lecteurs dans le monde entier.


Mon avis sur l’histoire

J’ai déjà lu ce roman l’an dernier et il m’avait beaucoup plu. Kya faisait même partie de mes personnages favoris de 2020. Elle fait partie de ses personnage qu’on oublie pas , qui laisse une trace indélébile dans le cœur. Me remettre dans l’ambiance du marais ne m’a posé aucun problème et j’ai savouré d’autant ma lecture car je savais où elle allait m’embarquer.

Ce livre c’est une ode à la nature, le marais parait hostile aux premiers regard mais plus on s’y enfonce et plus on s’aperçoit de toute la beauté qu’elle cache. Sous une écriture poétique Delia Owen nous embarque en cœur de ce paysage luxuriant, son personnage , Kya, nous prend doucement la main pour pas qu’on se perdre et je n’avais aucune envie de la laisser filer, cette douce, intrépide et énigmatique enfant. Quel bonheur de la retrouver.

« Solitude » serait le mot de ce très beau roman, Kya vivra longtemps seule abandonnée par ses proches , un par un ils la quittent, d’autres personnes se rapprocheront d’elle pour finalement aux aussi la laisser.

La construction fait d’aller-retour dans les années de vie de Kya et celle de l’année 1969 où l’on suit la police qui tente d’élucider une enquête pour meurtre. Tout ceci va s’entremêler sans jamais nous perdre car Kya veille à ce que notre curiosité de lecteur soit toujours titillé.

Magnifique roman, poétique et tout en mélancolie.


Mon avis sur la narration

Marie du Bled a su parfaitement saisir l’importance du personnage de Kya, déjà grâce au travail remarquable de Delia Owen pour lui donner vie , l’interprétation de la narration l’a carrément rendue réelle . Ce roman fait partie de ceux qu’on prend un plaisir salvateur à écouter encore et encore.


En bref

Magnifique roman, lu en version papier il m’avait déjà conquise mais en version audio c’est juste magnifique.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :