« LE BANQUET ANNUEL DE LA CONFRÉRIE DES FOSSOYEURS » de Mathias Enard

Lu par: Vincent Schmitt

Durée: 14h57

Genre: Contemporain


Résumé de l’éditeur

Pour les besoins d’une thèse sur « la vie à la campagne au XXIe siècle », l’apprenti ethnologue David Mazon a quitté Paris et pris ses quartiers dans un modeste village fictif au bord du Marais poitevin. Logé à la ferme, bientôt pourvu d’une mob propice à ses investigations, s’alimentant au Café-Épicerie-Pêche et puisant le savoir local auprès de l’aimable Maire – également fossoyeur –, le nouveau venu entame un journal de terrain, consigne petits faits vrais et mœurs autochtones, bien décidé à circonscrire et quintessencier la ruralité. Mais déjà le Maire s’active à préparer le Banquet annuel de sa confrérie – gargantuesque ripaille de trois jours durant lesquels la Mort fait trêve pour que se régalent sans scrupule les fossoyeurs – et les lecteurs – dans une fabuleuse opulence de nourriture, de libations et de langage. Car les saveurs de la langue, sa rémanence et sa métamorphose, sont l’épicentre de ce remuement des siècles et de ce roman hors normes, aussi empli de truculence qu’il est épris de culture  populaire, riche de mémoire, fertile en fraternité.


Mon avis sur l’histoire

Là j’avoue être mitigée , je ne sais pas si après avoir terminé ce livre si je penche du côté « j’aime » ou du coté  » j’aime pas ». Si la première partie m’a emballée avec son franc parlé et son style journal intime , la suite du roman m’a surprise puis m’a ennuyée. Il faut comprendre que le thème est intéressant , l’auteur nous parle de réincarnations , il place ses personnages dans « la roue du temps » ce qui amène à diverses scènes cocasses et lui permet de remonter le fil du temps , on peut parfois croiser de nombreux personnages historique dans la même partie. C’est original mais ça devient lassant à la longue.

La quatrième partie laisse place à l’événement qui donne le titre du livre  » Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs » , cette partie est totalement déjantée , c’est même carrément gargantuesque (jeu de mot subtil lorsqu’on prend compte qu’on parle beaucoup de Gargantua durant cette partie). C’est vraiment cette partie que je n’arrive pas à situer dans mon cœur . Ai-je aimé? Je sais pas , j’aime les références mais peut être que le coté « trop déjanté » me fais vaciller. C’est un roman qui mérite une relecture pour avoir un avis définitif.


Mon avis sur la narration

Je n’ai pas grand chose à dire pour l’aspect narratif. Je n’ai pas été transporté, je pense que ce roman se classe dans les livres qu’il faut lire en version papier pour en prendre pleinement conscience.


En bref

Une relecture s’impose, peut être en version papier pour mieux approfondir certaines parties.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :