« NICKEL BOYS » de Colson Whitehead

Lu par: Stéphane Boucher

Durée: 6h59

Genre: Contemporain


Résumé de l’éditeur

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à coeur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes.


Mon avis sur l’histoire

Je m’attendais à être émue, à aimer ses gosses au delà de la raison. Ce roman avait absolument tout pour être un coup de cœur pour moi pourtant il m’a manqué quelque chose de fondamentale pour que ce soit le cas. La symbiose avec les personnages, je ne l’ai pas trouvé. Je suis restée simple spectatrice de ce roman . J’ai regardé les épisodes de vie des pensionnaires sans pour autant avoir ressenti la moindre étincelle. Alors oui, je mentirai si je disais que ce texte n’est pas fort mais sa puissance vient du fait que l’auteur s’inspire de faits réels. Colson Whitehead a rendu son œuvre trop journalistique , il nous met à l’écart de ses gamins à qui ont fait pourtant vivre un véritable enfer. Il ne suscite pas d’empathie c’est vraiment dommage car c’est tout ce qui manque à ce livre pour qu’il soit à mes yeux une pépite.


Mon avis sur la narration

Rien de très transcendant malheureusement. Je ne sais pas si c’était fais exprès mais comme pour l’histoire en elle-même , je suis restée en retrait par rapport aux personnages. Ces derniers n’ont pas réussit à réellement prendre vie dans mon esprit grâce à la voix de Stéphane Boucher on reste dans un ton détaché tout le long. C’est en accord avec le style de l’auteur mais pour moi il est primordiale de créer du lien avec les protagonistes. Une bonne histoire ne suffit par à créer un chef d’œuvre, il faut que les personnages suscitent de l’émotion.


En bref

« Nickel boys » a tout pour être un excellent roman mais pour ça il aurait fallu créer plus de liens avec ses personnages. Sans ça l’alchimie ne fait pas d’étincelles. C’est dommage vu le potentiel du sujet.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :