« Son dernier grand rôle » de Steve Catieau

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Réalisateur prometteur, Samuel prépare son premier long-métrage dont l’héroïne est une femme d’un certain âge. À la recherche de l’actrice pouvant endosser les traits de son personnage, le jeune homme devient, malgré lui, le centre d’attraction de comédiennes chevronnées pas du tout décidées à prendre leur retraite. Égérie de la Nouvelle Vague, Alexie Stella est la première à tenter sa chance. Elle sera rapidement rattrapée par d’autres concurrentes qui rêvent toutes d’un dernier grand rôle au cinéma.

Qui aura son nom en haut de l’affiche ?

Lire la suite « « Son dernier grand rôle » de Steve Catieau »

« Quand les abeilles ne danseront plus » de Lena Walker

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Noah a douze ans et deux chiens imaginaires. Sa mère le croit surdoué, il s’estime sous-doué. Il aime se faire passer pour ce qu’il n’est pas, alors il étudie et ne récolte que de bonnes notes. Un jour il décide de devenir président d’une association. Il fonde le Labo des Abeilles pour deux raisons : un, il espère avec ce projet se débarrasser de ses parents qui sont toujours sur son dos et deux, il veut impressionner et conquérir le cÅ“ur d’une nouvelle à l’école : Mélissa. Il lui fait alors découvrir le monde fascinant des abeilles. S’apercevant qu’elles sont menacées de disparition, Noah et Mélissa seront alors près à tout pour les sauver. Cependant, il ne se doute pas un seul instant qu’en cherchant à sauvegarder les abeilles, c’est en réalité sa mère et lui qu’il va finir par sauver.

Lire la suite « « Quand les abeilles ne danseront plus » de Lena Walker »

« BETTY » de Tiffany McDaniel

Lu par: Audrey D’Hulstère

Durée: 16h56

Genre: Contemporain


Résumé de l’éditeur

« Ce livre est à la fois une danse, un chant et un éclat de lune, mais par-dessus tout, l’histoire qu’il raconte est, et restera à jamais, celle de la Petite Indienne. »
La Petite Indienne, c’est Betty Carpenter, née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et soeurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.
Betty raconte les mystères de l’enfance et la perte de l’innocence. À travers la voix  de sa jeune narratrice, qu’Audrey d’Hulstère incarne à la perfection, Tiffany McDaniel chante le pouvoir réparateur des mots et donne naissance à une héroïne universelle.


Mon avis sur l’histoire

COUP DE COEUR ❤️ , non , COUP AU COEUR ❤️ J’avais énormément entendu parler de « Betty » , je me méfie toujours des romans qui ont énormément d’éloges pourtant « Betty » je tenais à le lire. Je me le suis noté dans ma wishlist dès sa sortie mais j’attendais le bon moment pour me le procurer. Audiolib m’a devancé et c’était avec une grande impatience et beaucoup d’attente que j’ai mis « Betty » en écoute.

Dès les premières minutes je savais que je serais transportée grâce à cette écriture poétique, cette famille chaotique mais remplie de lumière , ce père que j’ai aimé dès les premiers instants et qui je crois fera partie de mes personnage favoris de l’année 2021. Oui, ce père lumineux , tendre et compréhensif me restera un long moment dans le cœur.

C’est absolument fabuleux comment l’autrice a réussit à entremêler douleur et douceur au fil de son récit. C’est à la fois bouleversant , merveilleux et cruel. Que d’émotion au fil de ma lecture , je n’ai pas les mots tellement Betty m’a touchée profondément, intérieurement. Je n’ai pas été loin des larmes à la fin , je n’avais pas envie de la quitter je voulais la suivre. Plusieurs fois je me suis vue lui tendre la main en lui disant que tout irai bien mais son père me devançait. Ce qui rend ce livre d’autant plus vivant c’est que Tiffany Mc Daniel s’est grandement inspirée du vécue de sa mère, car oui Betty, cette petite indienne est la mère de l’autrice.

C’est beau, touchant , incroyable , de toute beauté. Je n’ai pas les mots , je suis touchée autant par l’histoire que par l’écriture et ses personnages. Tout me plait . Je suis conquise et bouleversée à la fois.


Mon avis sur la narration

« Betty » est un livre qui se vit et je suis plus qu’heureuse de l’avoir lu en version audio car la voix d’Audrey D’Hulstère a littéralement donné vie à cette petite indienne et sa famille. Je pense qu’on est encore plus transporté par ce tourbillon de fragments de vie de Betty en écoutant . Je n’étais plus une simple lectrice j’étais là avec eux. Je ne peux conseiller qu’2000% de privilégier la version audio de ce roman magnifique. Le voyage n’en sera que merveilleux.


En bref

Un très beau coup de cœur. Je suis heureuse d’avoir eu la chance de lire ce livre en version audio car « Betty » est un de ses livres où l’audio permet de prendre pleinement conscience de toute sa beauté, sa tragédie et sa poésie.


« Ce qu’il reste après tout » de A.L. JEAN

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

À l’aube de leur vingtième anniversaire de mariage, Victoire et Clément n’ont en apparence plus rien en commun. La vie et ses épreuves les ont progressivement éloignés et leurs trois enfants semblent être le dernier lien qui les retient encore un peu l’un à l’autre.
Une crise sanitaire sans précédent vient pourtant bouleverser leur quotidien et les amène à reconsidérer complètement leur façon de vivre…
Entre la crise d’adolescence de leurs aînés, l’immaturité affective de leur petite dernière et les infranchissables silences qui les séparent, parviendront-ils à passer outre les blessures du passé pour enfin réussir à se retrouver ?

Et si la vie vous offrait une chance de tout recommencer, seriez-vous prêts à la saisir ?

Lire la suite « « Ce qu’il reste après tout » de A.L. JEAN »

« Coco de Paris » conte poétique de France de Griessen

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Comme le sont « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry, les livres de Peynet ou encore les contes illustrés de Jean Adrien Mercier, « Coco de Paris » est un conte poétique, initiatique et philosophique pour tous publics et tous âges, illustré de nombreuses aquarelles.

Il relate les aventures de Coco, pigeon de Paris qui va découvrir la Ville lumière et ses merveilles, du jardin du Luxembourg aux Champs Élysées, du Palais Royal à la rue Mouffetard en passant par la place Saint-Sulpice et l’île Saint-Louis, le Moulin Rouge, les Bouffes Parisiens, les quais de la Seine, l’église de La Madeleine, la Butte Montmartre…

À travers l’exploration de différents quartiers de Paris et ses rencontres avec un fleuriste, un bouquiniste, un brocanteur, une peintre, une couturière et une musicienne, l’oiseau va devenir au fil des pages un guide poétique de la ville et de la vie et transmettre au lecteur son appétit d’une existence nourrie par la créativité, l’imagination et la sensibilité.

Lire la suite « « Coco de Paris » conte poétique de France de Griessen »

« Femme porcelaine » de Mehdi Heraut-Zerigui

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Pendant longtemps j’ai eu peur de me le dire, de me l’avouer. Je faisais confiance à l’éducation que j’avais reçue. J’avais honte. Je me sentais sale. Sale et fatiguée. Mon corps me répugnait. Il ne m’appartenait plus. Je me sentais coupable. J’étais la geôlière de ma propre douleur. En ne faisant rien, en ne disant rien, j’emprisonnais avec moi la condition de mon sexe. Prisonnière. Mais j’avais peur. Peur d’avoir encore plus mal. Peur de la douleur. J’étais ridicule et pire encore. J’avais honte. Puis, les mots, des centaines de mots ont commencé à surgir avec les coups. Plus il me frappait, plus j’écrivais dans ma tête. Chaque fois que mon crâne cognait, chaque fois que j’étais humiliée, destituée de mon corps de femme, dès lors que je devenais une chose, il fallait que je me raconte cette histoire. Je ne devais pas oublier. J’étais une femme porcelaine. Ces chroniques que tu t’apprêtes à découvrir, toi lecteur, sont l’écho de nombreux entretiens, témoignages, récits de vie, tous issus d’une réalité que l’on préférerait imaginaire. Ces souvenirs sont la rencontre de l’art et de destins bouleversants, d’histoires de femmes à couper le souffle, de petits riens, de rires, de larmes, mais surtout de beaucoup d’humanité. Ces femmes sont des guerrières, des survivantes, elles ont osé prendre la parole, elles ont raconté, et nous leur rendons hommage. Ces femmes, fortes, qui ont entrepris de braver l’inconstance, ont donné naissance à Abigaëlle Baumgartner, femme porcelaine. Maître de conférences en sciences de gestion mais également directeur artistique de la compagnie du Prélude, Mehdi Heraut-Zerigui a jumelé ses études juridiques avec un enseignement de la dramaturgie. Son équilibre réside dans l’ambiguïté qu’il cultive en jonglant entre ces deux univers, qu’il exploite sous de nombreux aspects : écriture, mise en scène, jeu. Ses créations ont pour ambition d’ouvrir une lucarne sur la société et ses caprices.

Lire la suite « « Femme porcelaine » de Mehdi Heraut-Zerigui »

« Mensonges innocents » de Hélène Drummond

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Elles s’appellent Grace, Lucie, Nina et Liz. Elles vivent à Waterloo, à Paris ou à New York. Elles ne le savent pas, mais elles livrent le même combat. Avec une plume d’une étonnante sincérité, Hélène Drummond explore les sentiments les plus secrets qui nous animent et nous plonge au cœur de l’intimité de quatre femmes que tout semble séparer. Quatre univers, quatre rendez-vous, quatre destins bouleversés, malmenés dans leur quête du bonheur. Les âmes y sont contusionnées, la réalité étouffée à grands coups de rêve, les pères et les maris absents, le manque omniprésent. À travers ces portraits vibrants d’humanité, « Mensonges innocents » raconte l’horreur qui s’apprivoise. L’espoir inébranlable. La force de se battre et d’y croire, envers et contre tout. Mais surtout, ces quatre histoires nous parlent d’amour. Sous toutes ses formes. À la folie. Pour le meilleur et pour le pire…

Lire la suite « « Mensonges innocents » de Hélène Drummond »

« C’est arrivé la nuit » de Marc Levy

Lu par: Audrey SOURDIVE, Marie BOUVIER

Genre: Contemporain


Résumé de l’éditeur

Ils sont hors-la-loi Mais ils œuvrent pour le bien Ils sont amis et partagent leurs secrets Pourtant ils ne se sont jamais rencontrés Jusqu’au jour où… ***C’est arrivé la nuit Le premier tome de la série 9.  » Depuis vingt ans, j’écris pour voir le monde en couleurs… Pour me calmer aussi. À quoi sert d’être écrivain, si ce n’est pour raconter des histoires qui interpellent, pour se poser des questions ? Je m’en suis posé à chaque page, alors j’ai mené l’enquête, résolu, aussi mordu qu’un reporter. Je suis parti à la rencontre des vrais protagonistes, des hors-la-loi au cœur d’or, des vilains bien sous tous rapports, des manipulateurs, des faussaires, des passeurs, des assassins en col blanc, des putains magnifiques, des journalistes risquant leur peau pour que la vérité éclate, et ce faisant j’ai découvert l’indicible. J’avais pour habitude de me laisser entraîner par deux personnages. Cette fois, ils sont 9. J’ai tout fait pour entrer dans leur bande. Et ils m’ont accepté. Cette année, nul besoin de leur dire au revoir à la dernière page. Parce que l’histoire continue, et elle est loin d’être terminée. Bienvenue dans le monde de 9 !  » Marc Levy

Mon avis sur l’histoire

Enfin, je suis de nous émerveillée par un roman de Marc Lévy. Il faut avouer que cela faisait longtemps qu’il ne m’avait plus tenu en haleine. Avant je trouvais que ces romans manquait de saveur, je devinais trop souvent l’intrigue et comment les personnages allaient évoluer. Je devançais à chaque fois l’auteur ce qui m’ennuyais profondément. Mais là, Marc Levy a réussi à me surprendre avec en tout 9 personnages. C’est tellement dur de faire naître autant de personnages , de faire en sorte qu’ils aient chacun sa propre histoire et réussir à les mélanger les unes aux autres afin de faire l’intrigue. Merveilleux, je suis tellement emballée que j’écris ces lignes avec le sourire aux lèvres! Et pour mon plus grand bonheur il s’agit d’un premier tome, hourra! Le suspense est à son comble, j’attends la suite avec gratitude car j’étais pas loin d’abandonner l’un des auteurs que je lis depuis des lustres.

Mon avis sur la narration

Audrey Sourdive est la meilleure! Je me suis même demandée si mon emballement pour ce roman n’était pas lié à cette grande narratrice. Elle donne le ton à chacun des personnages, j’ai su directement qui était qui grâce à son changement de voix , c’est subtil et d’un grand professionnalisme. Si jamais vous décidez de lire en audio , je ne peux que vous conseillez de lire un livre lu par Audrey Sourdive.

En bref

Marc Lévy à écris un roman audacieux avec 9 personnages, certains seront sans doute perdu car on est très loin de ses deux personnages principaux habituels . Mais là c’est surprenant, intriguant et surtout le suspense est là à chacun des chapitres . Il nous guette , nous frappe , nous interroge et nous surprends à dévorer les pages et la joie atteint son paradoxisme lorsqu’on apprend qu’il s’agit ici, d’un premier tome. Vite, vite la suite. Coup de cœur !

« L’anomalie » de Hervé Le Tellier

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

« Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension. »
En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers d’un vol Paris – New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.
Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n’imaginait à quel point c’était vrai.

Lire la suite « « L’anomalie » de Hervé Le Tellier »

« Le silence du moineau » Margot Vanbert

Ma note:

10/10

4ème de couverture:

Une femme amoureuse, un militaire poursuivi par son passé et un enfant réfugié : trois destins qui se croisent sur fond de conflit religieux en Centrafrique. N’épargnant rien à ses personnages des affres de la guerre, Margot Vanbert nous les révèle tels qu’ils sont : fragiles, victimes… et enfin coupables. Pourtant, l’histoire, comme pour se surmonter elle-même, semble porter une lueur d’espoir : car si le Moineau s’est tu, il a appris à écrire. «Margot Vanbert nous livre probablement ici son histoire la plus sombre. Si Le silence du Moineau s’inscrit dans la lignée de son recueil Nouvelles du Front (2013) consacré à la guerre, celle-ci est désormais abordée sous l’angle du récit au long cours. Un récit à trois voix, à hauteur d’homme et sans jugement.?» 

Lire la suite « « Le silence du moineau » Margot Vanbert »

« Le crépuscule et l’aube » de Ken Follet

Ma note

10/10

4ème de couverture:

En l’an 997, à la fin du haut Moyen Âge, l’Angleterre doit faire face à des attaques de Gallois à l’ouest et de Vikings à l’est. Les hommes au pouvoir exercent la justice au gré de leurs caprices, s’opposant non seulement au peuple, mais aussi au roi. Sans l’existence d’un État de droit, c’est le règne du chaos
Dans cette période agitée, trois personnages voient leurs destins s’entrecroiser. La vie du jeune Edgar, constructeur de bateaux, bascule quand la seule maison dans laquelle il ait jamais vécu est détruite au cours d’un raid viking, le forçant lui et sa famille à s’installer dans un nouveau hameau et repartir de zéro. Ragna, jeune noble normande insoumise, se marie par amour à l’Anglais Wilwulf et le suit de l’autre côté de la Manche. Cependant, les coutumes de la terre natale de son époux sont scandaleusement différentes des siennes. Tandis qu’elle prend conscience que dans son entourage se joue une bataille perpétuelle et violente pour le pouvoir, elle craint que le moindre faux pas n’ait des conséquences désastreuses. Aldred, moine idéaliste, rêve de transformer sa modeste abbaye en un centre d’érudition qui serait reconnu à travers toute l’Europe. Chacun d’eux à son tour s’opposera au péril de sa vie à l’évêque Wynstan, prêt à tout pour accroître sa richesse et son pouvoir.

Lire la suite « « Le crépuscule et l’aube » de Ken Follet »

« Le jardin des secrets » de Kate Morton

Ma note

10/10

4ème de couverture:

Une enfant abandonnée
Sur un bateau en partance pour l’Australie, une petite fille de 4 ans se cache, terrorisée. Elle ne doit pas parler, pas bouger. Elle attend la conteuse, une femme mystérieuse qui lui a assuré qu’elle reviendrait. Mais le navire lève l’ancre et la conteuse n’est pas revenue… 
Un terrible secret 
La nuit de son vingt-et-unième anniversaire, une bouleversante révélation change la vie de Nell à jamais. Des années plus tard, elle part en Angleterre, à la recherche de ses origines… 
Un étrange héritage
À la mort de sa grand-mère, Cassandra hérite d’un mystérieux cottage en Cornouailles dont le jardin secret pourrait bien apporter les réponses au mystère d’une petite fille abandonnée…

Lire la suite « « Le jardin des secrets » de Kate Morton »

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer